Le Stage invasion : une habitude des militants d’extrême droite

Où l’on apprend aussi que lorsqu’ils n’envahissent pas les scènes, ils mettent le feu à des trucs.

Les militants d’extrêmes droites ne sont pas du genre chiffe molle. Quand quelque chose leur déplait, ils le font savoir. Parfois avec une extrême violence. Un nouvel exemple de leur activisme tout terrain s’est fait jour dernièrement au Théâtre de la ville, à Paris. A l’affiche de l’établissement « Sur le concept du visage du fils de Dieu », une pièce de l’Italien Roméo Castelluci, qui a été présentée auparavant en Allemagne, en Belgique, en Espagne et dans divers autres pays européens, sans incidents.

Mais cette pièce n’est apparemment pas du goût de certains activistes d’extrême droite français. Pour la première à Paris, mardi 20 octobre, ils étaient environ 300. Pour partie d’Action Française – un mouvement politique nationaliste et monarchiste –  et pour partie de Renouveau Français et de Civitas, deux groupuscules regroupant des chrétiens intégristes qui se sont faits particulièrement remarquer cet été en détruisant une des œuvres de Serrano, artiste new-yorkais, intitulé Piss Christ (la photographie représentant Jésus Christ crucifié, sa croix plongée dans un verre d’urine,  avait reçu plusieurs coups de marteaux.)

Après avoir accueilli le public avec des sifflets et des bombes puantes et avoir tenté en vain d’empêcher la représentation, les activistes ont fini par monter sur scène un quart d’heure après le début de la pièce, arborant une banderole disant « La christianophobie, ça suffit ! ». Ils seront exfiltrés par la police. Tout comme le lendemain. Et 2 jours après.

Le scandale du pet de Genet

La Stage Invasion (mouvement qui consiste à envahir la scène d’un spectacle pour exprimer une très forte joie, ou un extrême mécontentement) n’est donc pas réservée qu’aux fans d’Iggy Pop, mais bien aussi aux militants d’extrême droite.

En 1966, c’est au groupuscule Occident qu’on doit une belle tentative de déstabilisation équivalente. « Les Paravents » de Jean Genet fait alors scandale au théâtre de l’Odéon. En cause, une scène durant laquelle  un soldat pète au visage d’un officier mourant afin qu’il emporte, dans ses poumons moribonds, un peu de l’air du pays, comme nous le rappelle le quotidien La Croix. Dans une France où la cicatrice de la guerre d’Algérie n’est pas encore refermée, le symbole est pris comme une provocation, un acte « antifrançais » diront même certains députés de l’Assemblée nationale. Occident décide de faire le coup de feu. Ses membres, dont font partie à l’époque, Alain Madelin, Gérard Longuet, Patrick Devedjian, ou encore Patrice Gélinet et François Duprat, investissent l’Odéon-Théâtre de France et envahissent la scène. Ils s’attaquent même aux comédiens. Evidemment, l’attaque dégénère : on assiste à des jets d’objets divers (chaises, oeufs, boulons…) et de fumigènes. Le publique panique et c’est finalement la bagarre généralisée. Le rideau de fer est baissé. Le spectacle s’interrompt. Il reprendra un quart d’heure plus tard.

Et l’histoire se répétera chaque soir de la présentation. Les activistes sont cependant peu familiers avec la dernière pièce de Genet ; ainsi il leur arrivera à plusieurs reprises de monter sur les planches trop tôt, avant la fameuse scène du pet. Leur action sera en tout cas récompensé puisque la pièce sera finalement retirée.

Incendie pour la Dernière tentation du Christ

Mais lorsque l’envahissement de scène n’est pas suffisant, les activistes ont recours à d’autres moyens beaucoup plus violents. En 1988, ils passent à la vitesse supérieure. « La dernière tentation du Christ », le film de Scorsese fait un scandale sans précédent. Afin d’empêcher sa diffusion, certains chrétiens intégristes sont prêts à tout. Jusqu’à placer une bombe incendiaire dans l’enceinte d’un cinéma. Comme le raconte le Nouvel Observateur du 15 avril 1990, une bombe artisanale – faite de chlorate de potassium déclenchée par une ampoule d’acide sulfurique – met le feu à l’espace Saint-Michel, un cinéma parisien qui diffuse le film honni du réalisateur new yorkais. Cet attentat terroriste fera 13 blessés dont quatre très sévère (parmi eux un coma de plusieurs jours). Cinq militants de l’AGRIF seront condamnés à de la prison avec sursis et à 450.000 francs de dommages et intérêts.

http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS1323_19900315/OBS1323_19900315_110.pdf

http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS1323_19900315/OBS1323_19900315_111.pdf

Retour au présent. Les ennemis de la christianophobie manifestent samedi  29 octobre à 18 heures pour dénoncer l’aspect « blasphématoire » de Piss Christ, la pièce de Roméo Castelluci et « Golgota picnic » de Rodrigo Garcia, une autre pièce de théâtre à Paris à partir du 8 décembre. Le rendez-vous a été fixé place des Pyramides. On devrait y trouver des familles chrétiennes, des membres de Renouveau français,  d’Action française et de l’institut Civitas, mais aussi les membres du Parti anti sioniste qui ont fait appel à manifester sur Le Post.

Pour continuer sur le sujet, ne pas manquer le webdocumentaire du Monde sur François Duprat et l’Extrême Droite (connexion internet musclée obligatoire car les vidéos sont très lourdes mais la patience est récompensée).

Arnaud Aubry et Elvire Camus


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s