Rester actif et autonome, ça se prépare

Rester actif et autonome, ça se prépare

Fini la mémoire qui flanche. Des ateliers de prévention permettent aux retraités d’entretenir leurs capacités mentales, physiques. Et d’enrichir leur vie relationnelle.

Si l’atmosphère est détendue, elle est aussi studieuse en ce mardi matin au club Antoine-Lacroix du Kremlin-Bicêtre (94). L’exercice qui concentre toute l’attention de 13 retraités (dont 12 femmes) consiste à mémoriser une liste d’images associées par paire : une montre et des lunettes, un canapé et du dentifrice, etc. Ensuite, face à une feuille sur laquelle un seul élément de la paire est représenté, les participants doivent essayer de se souvenir du second. L’enjeu est de leur faire comprendre le fonctionnement de la mémoire par association de formes, de mots ou encore de couleurs. Dans un coin, Irène – dans sa 80e année – mime discrètement à sa voisine Magda un balai pour l’aider à se souvenir de la seconde image. Nicole et Marie-Laurence ont, elles, déjà fini et évoquent leur randonnée de la veille.

Capture d’écran 2014-04-23 à 10.47.51

Un message de prévention

Pour pallier la perte de mémoire, le vertige ou encore les insomnies qui font irruption quand l’âge avance, il existe depuis quelques années en France des ateliers de formation, comme celui-ci organisé au club Antoine-Lacroix, à l’attention des seniors. Objectif : délivrer un message de prévention pour permettre aux retraités de rester actifs et autonomes.

Capture d’écran 2014-04-23 à 10.44.48

Outre la mémoire, de nombreuses thématiques y sont abordées : l’alimentation, la prise de médicaments ou encore la tenue d’un logement confortable. Mais la forma- tion ne se limite pas à la théorie. « Quand j’ai commencé, j’étais persuadé que je travaillais bien ma mémoire, mais je me suis aperçu que certains exercices sont plus difficiles que je ne le pensais », avoue François, 66 ans. Grâce aux travaux pratiques, les seniors apprennent à se relever après une chute, font des séances de relaxation pour trouver plus facilement le sommeil, l’idéal étant qu’ils reproduisent chez eux ce qu’ils ont appris au cours des séances. Et, comme le confient Marie-Jeanne et Michèle, si « certains exercices sont trop faciles », c’est parce que cette pédagogie vise à accroître la confiance de chacun en ses capacités.

Pour le lien social

Autre enjeu majeur : aider les seniors à recréer du lien social. Ainsi pour Marie-Thérèse Aubry, qui a déjà participé en Côte-d’Or aux ateliers « l’Équilibre, où en êtes-vous ? » et « Peps Eurêka », « les formations servent surtout à pousser les gens à se rencontrer, à se socialiser », en particulier les « personnes isolées habitant en milieu rural », soit 40 % des participants aux modules dans ce département. Et il semblerait que la démarche soit efficace : « Six personnes sur dix continuent à se voir après la fin des modules de prévention », estime Geoffray Rollot, coordinateur en Côte-d’Or du programme prévention santé senior Bourgogne. Enfin, depuis janvier, une pro- position inédite : le PRIF (Prévention retraite Île-de-France), en partenariat avec la Mutualité française Île-de-France (MFIF), a mis en place « Tremplin pour la retraite ». Un atelier dont l’objectif est d’offrir aux jeunes retraités de cette région un espace de rencontre et de réflexion personnelle. De faire émerger chez eux de nouvelles idées pour aborder au mieux ce changement de cap.

Arnaud Aubry

Article publié dans le numéro du 17 avril de La Vie.

 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s